Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 Aug

Le livre des choses perdues _ J. Connolly

Publié par Van Cvem Djr  - Catégories :  #Littérature Jeunesse, #Littérature américaine, #Contes, #Frisson, #Magie, #Coup de coeur

Le livre des choses perdues _ J. Connolly
Le livre des choses perdues _ J. Connolly

Quatrième de couv' :

Il était une fois - car c'est ainsi que toutes les histoires devraient débuter - un garçon de 12 ans qui venait de perdre sa maman. Inconsolable, David a trouvé refuge dans les livres pour oublier le remariage de son père et la naissance de Georgie, son demi-frère.

Une nuit, persuadé d'entendre sa mère l'appeler, David découvre un passage caché au fond du jardin. Il le franchit et se retrouve propulsé dans un monde fantastique, peuplé de personnages issus de ses lectures et de son imaginaire.

Alors que la seconde guerre mondiale déferle sur l'Europe, David entame un périple à la recherche d'un vieux roi qui conserve ses secrets dans Le livre des choses perdues, sésame qui permettrait au jeune garçon de quitter ce royaume.

Mais le conseiller du souverain a pour lui d'autres desseins...

 

Mon avis :

Le livre des choses perdues où il est question d'un jeune garçon de 12 ans, plein de troubles obsessionnels du comportement, propulsé dans un royaume fantastique sinistre, au milieu d'un garde-chasse armé jusqu'aux dents, de loups et de Pire-Que-Loups, d'un petit chaperon rouge zoophile, d'une blanche-neige castratrice et de ses nains communistes, d'une chasseresse psychopathe, de harpies affamées, d'un chevalier homosexuel, d'une Bête mystérieuse et d'un Homme Biscornu vraiment très effrayant.

Avez-vous déjà lu un thriller uniquement composé de contes de fée revus et corrigés par l'un des plus célèbres écrivains du genre? Fascinant, passionnant, magique et glauque à souhait.

Soyez avertis chers lecteurs, ce livre ne vous vendra pas de rêves. Des cauchemars, oui. Une réflexion sur l'art de grandir - ou comment faire face à des sentiments tels que la peur, la jalousie, l'amour, le courage et la haine quand on a à peine 12 ans - oui. Mais des rêves certainement pas, pour le côté bucolique on repassera donc. Mais c'est tellement bon d'être captivée ainsi.

Au fil des pages, on est happé au coeur d'une véritable quête, comme au temps des chevaliers, à ceci près que les dragons n'étaient rien en comparaison des personnages effrayants qui peuplent ce roman. Roman d'une rare violence d'ailleurs qui, selon moi, aurait plus mérité d'être classé au rayon fantasy pour adultes qu'au rayon Jeunesse. C'est néanmoins un très beau livre, intelligent, qui manie humour, noirceur, légendes et suspens à la perfection.

A lire pour Halloween, histoire de se mettre dans l'ambiance.

Le livre des choses perdues _ J. Connolly

Avant cela, il aimait la rejoindre en silence dans la pièce où elle lisait. En entrant, il la saluait d’un sourire (auquel sa mère répondait toujours par un sourire), puis venait s’asseoir près d’elle et se plongeait dans la lecture d’un de ses livres. Ainsi, tout en étant l’un et l’autre emportés dans un monde différent, ils partageaient le même espace et le même temps. Et David était capable de deviner, en regardant le visage de sa mère, si le récit qu’elle lisait dans son livre vivait en elle, et elle en lui. Alors, il se rappelait tout ce qu’elle lui avait raconté sur les histoires et les légendes, et le pouvoir qu’elles exercent sur nous, et le pouvoir que nous exerçons sur elle.

p.14

Ce fut donc à David que revint la tâche de sauver les livres de sa mère, et il les ajouta à tous ceux qu’elle avait achetés en pensant à lui. Il y avait là des légendes peuplées de chevaliers, de soldats, de dragons et de monstres marins, mais aussi des récits populaires et des contes de fées. [...] Après sa mort, David s’évertua à éviter ces vieilles histoires car elles étaient trop intimement liées à sa mère pour qu’il prenne plaisir à les lire. Mais elles ne se laissèrent pas si facilement rejeter ; elles se mirent à appeler David. Elles semblaient reconnaître quelque chose en lui – du moins est-ce l’impression qu’il avait –, quelque chose d’étrange et de prometteur. Il commença à les entendre parler ; d’abord tout doucement, puis de plus en plus fort. Elles exerçaient sur lui une fascination irrésistible. Ces histoires étaient très anciennes, aussi anciennes que les hommes, et c’est à leur richesse qu’elles devaient d’avoir traversé le temps. C’étaient des contes dont l’écho se prolongeait dans l’esprit bien après que les livres avaient été refermés. Ils offraient à la fois une échappatoire au réel et une version alternative du réel. Ces récits étaient si vieux et si étranges qu’ils avaient fini par accéder à une existence indépendante des pages qu’ils occupaient. L’univers des histoires anciennes existait parallèlement au nôtre, avait un jour expliqué la mère de David, mais parfois la frontière était si mince et fragile que les deux univers finissaient par se confondre…

C’est alors que les ennuis commencèrent.

C’est alors que les problèmes survinrent.

C’est alors que l’Homme Biscornu apparut à David.

p.20-21

Elle tendit la main et la posa sur la tête de l’animal. Elle passa les doigts dans son pelage et l’apaisa. Et le loup vit combien ses yeux étaient beaux (pour mieux le regarder), ses mains lisses (pour mieux le caresser) et ses lèvres douces et rouges (pour mieux le goûter). La jeune fille se pencha vers lui et l’embrassa. Elle retira sa cape rouge, posa le panier rempli de fleurs et s’étendit au côté du loup. De leur union naquit une créature qui tenait plus de l’homme que du loup. Ce fut le premier des Sires-Loups, Monarque, et nombreux furent ceux qui naquirent après lui

p.98

Il avait bien apprécié ces nains. Certes, il ne comprenait pas la moitié de ce qu'ils racontaient mais, pour des gens de petites tailles à tendance criminelle et obsédés par la lutte des classes, ils étaient vraiment très amusants.

p.152

Commenter cet article

À propos