Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 Apr

Billie _ Anna Gavalda

Publié par Van Djr  - Catégories :  #Littérature française, #Roman, #Contemporain, #Adolescence, #Enfance, #Amitié, #Tranche de vie, #Solitude, #France, #Coup de coeur

Billie _ Anna Gavalda
Billie _ Anna Gavalda

Résumé :

Franck, il s’appelle Franck parce que sa mère et sa grand-mère adoraient Frank Alamo (Biche, oh ma biche, Da doo ron ron, Allô Maillot 38-37 et tout ça) (si, si, ça existe…) et moi, je m’appelle Billie parce que ma mère était folle de Michael Jackson (Billie Jean is not my lover / She’s just a girl etc.). Autant dire qu’on ne partait pas avec les mêmes marraines dans la vie et qu’on n’était pas programmés pour se fréquenter un jour…

 

Mon avis :

Billie, cette Cosette du "quart-monde" vulgaire et impulsive, rencontre Franck Muller, alias Francky Mumu, le petit pédé souffreteux du bahut en troisième, alors qu'ils doivent interpréter ensemble un passage de la pièce d'Alfred de Musset : On ne badine pas avec l'amour. De cet instant magique et idéal, naîtra l'une des plus belles amitiés qu'il m'ait été donné de lire (depuis Ensemble, c'est tout), le genre d'amitié avec laquelle on ne badine pas justement.
Alors oui, ça sent le cliché, la caricature et le bon sentimentalisme à deux francs dès les premières pages. Oui le langage est assez vert comme qui dirait, mais moi j'ai adoré tout ça. La vie c'est une énorme caricature à deux francs pour des tas de gens sur Terre. Et Anna Gavalda a tellement de talent pour donner corps à ses personnages, qu'elle pourrait bien les faire parler tamoule que ça ne me chiffonnerait pas.
Moi j'ai aimé Billie, cette fracassée de l'enfance, un poil pute sur les bords, et carrément grillée dans sa tête, qui n'a que son Francky dans la vie pour lui servir de phare dans la nuit. J'ai aimé leur amour qui jaillissait par tous les côtés de ce fossé déserté des Cévennes ,dans lequel ils croupissent tout au long  du récit, de cette vie, raconté par Billie. J'ai aimé son fusil de chasse, et ses grosses godasses écraseuses de souvenirs de merde. J'ai aimé Billie comme on aime une amie.

Billie _ Anna Gavalda

J'irais par cette saloperie de forêt, j'irais par cette saloperie de montagne et je déposerais dans cette combe un putain d'hélico en fleur.
Voilà c'était dit. J'allais bouger mes fesses et, foi de poétesse, ça allait gîter dans les Causses. Parce que la randonnée en famille, youkaïdi youkaïda, avec des crétins d'ânes bâtés et des bourricots trop stressés, ça allait deux minutes.
Désolée, les gars, mais nous, le Quechua, ça nous gratte.

Billie, p.18

Oh là là, j'ai fait.
Moi?
Marcher?
Avec de gros godillots hideux qui pèsent une tonne chaque?
Et un bob sur la tête?
Et une gourde?
Et un K-Way fluo?
Et une pochette-banane?
Et des moustiques?
Et des gens que je connaissais même pas?
Et des ânes que je saurais même pas tenir en laisse?
Oh là là! J'ai conclu, zéro chance que ça arrive!

Billie, p.178

Je lui susurrais, dans sa grande oreille qui cliquetait de plaisir : T'es sûr que tu veux pas venir à Paname avec moi? Je te filerai toutes mes roses fanées à bouffer et je t'emmènerai draguer les petites ânesses du jardin du Luxembourg... En plus, je récupérerai ton crottin, je le mettrai dans des petits sacs en toile de jute trop mignons et je les vendrai à prix d'or à tous ces charlots qui se font des potagers à la con sur leurs balcons...
Allez, dis oui, quoi... T'en as pas marre de porter des sacs Quechua, toi aussi? T'as pas envie de mener la grande vie? Je te teindrai la crinière en bleu lavande et on ira boire des mojitos sur les Champs...

Billie à Boubou (l'âne), p.197

Commenter cet article

Léa Touch Book 30/04/2015 18:21

Malgré cette couverture un peu bof, j'adore cette auteure et j'aimerais le lire :)

Van Djr 30/04/2015 19:01

Franchement, j'avoue avoir pensé la même chose, mais la couverture prend tout son sens au terme de cette lecture.

À propos