Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 May

La première chose qu'on regarde _ Grégoire Delacourt

Publié par Van Djr  - Catégories :  #Littérature française, #Roman, #Contemporain, #Romance, #Tranche de vie, #France, #Douceur, #Drame

La première chose qu'on regarde _ Grégoire Delacourt
La première chose qu'on regarde _ Grégoire Delacourt

Quatrième de couverture :

Le 15 Septembre 2010, Arthur Dreyfuss, vêtu de son caleçon fétiche, regarde un épisode des Soprano quand on frappe à sa porte.
Il ouvre.
Scarlett Johansson.
Il a vingt ans, il est garagiste. Elle a vingt six ans, et quelque chose de cassé.

 

Mon avis :

C'est avec beaucoup de plaisir que j'ai retrouvé Grégoire Delacourt, pour une nouvelle lecture douce et mélodieuse, après mon coup de coeur de Mars pour La Liste de Mes Envies.
Grégoire Delacourt aime la simplicité, la beauté des petits instants, les élans du coeur tapis dans une boîte de Ricorée sacrifiée. Et Dieu, ce que ça fait du bien, un peu de douceur dans ce monde de brutes!
C'était une lecture fluide et agréable, salement romantique et très mélancolique.
L'histoire de deux êtres un peu bosselés par quelques accidents de la route, qui en six petits jours, tenteront de se sauver l'un l'autre.
Un petit mécano du Nord, qui aime traîner en caleçon Schtroumphs devant la télé, avec des rêves pas plus gros qu'une belle paire de seins pour partager ses nuits, une concession Audi à lui, peut-être aussi. Et un sosie flétri, perdue dans l'ombre d'une autre, amoureuse d'un réparateur de vélo occasionnel, inconnu, distillateur de sourires. Un amour naissant entre un Ryan Gosling en mieux, et une Scarlett Johansson picarde.
Des personnages un brin loufoque, un décor de bout de la rue, tout paraît à la fois familier et singulier, et c'est là tout le charme de ce livre. Alors oui, c'est probablement mièvre, et un peu facile de coller deux sosies de belles gueules célèbres dans les bras l'un de l'autre pour en faire un roman, mais je ne suis pas déçue. Même si ce n'était pas un coup de coeur, c'était une belle lecture.

La première chose qu'on regarde _ Grégoire Delacourt

De l'essence ou de la chair, où est la vérité. Les images se bousculent dans sa tête. Il imagine un corps comme un manteau. On s'en débarrasserait, on pourrait le pendre, l'abandonner à une patère lorsqu'il ne convient plus. En choisir un autre, qui vous va mieux, qui révèle plus précisément, plus élégamment la silhouette de votre âme. La taille de votre cœur. Mais cela n'existe pas; au lieu de l'apprivoiser, de lui apprendre un nouveau vocabulaire, des nouveaux gestes, on taille dedans. On coupe à grandes lames, on rapièce, on recoud. On dénature. Le manteau ne ressemble plus à rien; un chiffon, une lamentable peau de chamois. Tant de femmes effrénées rêvent de ressembler à autre chose. A elles-mêmes peut-être, à elles-mêmes en mieux. Mais le chagrin et le mensonge sont toujours là. Ils ne vous quittent jamais. Comme un nez Claoué au milieu de la figure. Quand on s'abandonne soi, on se perd toujours.

P.134

Commenter cet article

À propos