Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 Oct

Tous nos jours parfaits _ Jennifer Niven

Publié par Vanessa De Jesus Ribeiro  - Catégories :  #Littérature américaine, #Littérature Jeunesse, #Coup de coeur, #Contemporain, #Romance, #Adolescence, #Psychologie, #Suicide, #Drame, #Emotions

Tous nos jours parfaits _ Jennifer Niven
Tous nos jours parfaits _ Jennifer Niven

Le mot de l'éditeur :

Quand Violet Markey et Thedore Finch se rencontrent, ils sont au bord du vide, en haut du clocher du lycée, décidés à en finir avec la vie. Finch est la "bête curieuse" de l'école. L'excentrique tourmenté et impulsif dont personne ne recherche la présence, qui oscille entre les périodes d'accablement dominées par des idées morbides et les phases "d'éveil" où il déborde d'énergie vitale.
De son côté, Violet avait tout pour elle. Mais neuf mois plus tôt, sa soeur adorée est morte dans un accident de voiture. La survivante a perdu pied, s'est isolée et s'est laissée submerger par la culpabilité. Pour Violet et Finch, c'est le début d'une histoire d'amour bouleversante...

 

Mon avis :

Je viens de prendre une énorme gifle. le genre qui vous fait reculer d'une demi-douzaine de pas et vous laisse complètement désemparée sur le bas-côté.
Dire que j'ai adoré Tous nos jours parfaits, serait bien en-deça de la réalité. Je l'ai trouvé parfait. Comme son titre, comme ses personnages, comme ses émotions délivrées avec beaucoup de délicatesse. Son amour, ses folies, sa brutalité, sa tristesse.
Jennifer Niven a un don. Elle écrit comme elle ressent.
J'ai souri pendant la première moitié, et pleuré tout du long de la seconde. J'ai même pleuré à la page des remerciements, c'était la première fois que ça m'arrivait.
Ce qui m'a le plus touché dans ce livre, c'est ce qui se cachait derrière et que j'ai tout de suite reconnu comme étant du vécu. Parfois un roman est un roman, et parfois c'est un morceau d'histoire, une adaptation de la réalité. Les émotions décrites par Jennifer Niven étaient tellement palpables, tellement réalistes, qu'elles ne pouvaient pas être neuves. Elles avaient déjà servies, déjà été ressassées et recrachées. Elles avaient déjà vécues dans le coeur de son auteur.
Vous savez, c'est pour ces moments-là que j'aime autant lire, ceux où l'on se connecte à un auteur inconnu parce qu'on comprend ce qu'il ressent, et ce qu'il essaie de nous dire. Oui, ce sont ces moments de partage que j'aime le plus.

L'histoire de Violet et Finch, de cette rencontre improbable entre deux survivants, au sommet d'un clocher, nous parle d'amour, de reconstruction, d'amitié, de deuil (celui de l'innocence et des gens que l'on aime), de familles et de comment apprendre à communiquer surtout.
A l'adolescence, la communication est l'outil le plus utile que nous ayons, et pourtant il reste toujours oublié sur l'établi. Et tandis que l'on se construit, que l'on se reconstruit comme Violet, ou qu'on se démolit comme Finch, on ne pense pas un seul instant que parler, se confier à des adultes, à des professionnels, à des gens qui pourront gérer ce flot incessant de questionnement, pourrait nous sauver la vie. C'est une époque, où paradoxalement nous sommes souvent très entourés par nos amis, et pourtant très seuls dans notre esprit.

Je voudrais vous parler plus en détails de Violet et Finch, ces amoureux aux pieds d'argile qui se heurtent aux rudesses de la vie, mais j'ai peur. Peur de les perdre un peu si je vous les confie.
Alors je vais sans doute m'arrêter là, et y penser toute la journée, et peut-être même demain aussi. En espérant que vous saurez vous les approprier vous aussi, vous en faire des amis.

Tous nos jours parfaits _ Jennifer Niven

Crétin. Bon à rien. Voilà les mots que j'ai entendus toute ma vie. Les mots que je fuis en courant, parce que si je les laisse me rattraper, ils vont enfler, me remplir tout entier.

p.54 _ FINCH

Je connais assez bien la vie pour savoir qu'on ne peut pas compter sur les choses pour demeurer telles qu'elles sont, ou rester à portée de main, même si on ne souhaite que ça. On ne peut empêcher les gens de mourir. On ne peut empêcher les gens de partir. On ne peut pas s'empêcher soi-même de partir non plus.

p. 117 _ FINCH

On ne peut pas voir ce que les autres ne veulent pas nous laisser voir. Surtout quand ils se donnent un mal fou pour le cacher.

p.285 _ M. Embry

Et je pense à ma propre épitaphe, pas encore rédigée, et à tous les endroits où j'aimerais me balader. Je ne suis plus enracinée, mais je m'écoule, comme de l'or. Je sens mille capacités fleurir en moi.

p. 309 _ VIOLET

Pour citer Théodore Finch : "Tu es toutes les couleurs en une, à leur maximum d'éclat".

Jennifer Niven, Remerciements

Commenter cet article

Vanessa De Jesus Ribeiro 25/10/2015 20:53

Merci pour ton passage sur le blog. J'espère sincèrement que tu aimeras Violet et Finch, j'ai hâte de découvrir ton sentiment sur ce livre :)

Kitsy 25/10/2015 19:35

Merci pour cette belle chronique simple et efficace. Parfois il n'y a pas besoin d'en dire beaucoup pour donner envie aux gens d'acheter un livre. Ta chronique m'a donné envie de découvrir l'histoire d'amour de Finch et Violet, ton émotion est palpable et j'espère ressentir la même chose en les découvrant :)

À propos