Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
08 Nov

L'anneau de Claddagh _ Béatrice Nicodème

Publié par Vanessa De Jesus Ribeiro  - Catégories :  #Littérature française, #Littérature Jeunesse, #Irlande, #Romance, #Famille, #Misère, #Immigration, #Histoire, #Mystère, #Coup de coeur

L'anneau de Claddagh _ Béatrice Nicodème
L'anneau de Claddagh _ Béatrice Nicodème

Quatrième de couverture :

Irlande, comté de Galway, 1846.

Keira est la fille d'une cuisinière irlandaise, Arthur le fils d'un grand propriétaire anglais.
Ils ne devraient pas se rencontrer, et encore moins s'aimer. Mais le destin les réunit et menace de les séparer. Sur quel avenir commun peuvent-ils compter?
Dans un pays ravagé par la famine, Keira peut s'estimer heureuse d'être employée dans une maison où l'on ne manque de rien. Et l'âme de sa grand-mère veille sur elle grâce à un anneau à la puissance mystérieuse. Saura-t-il la guider parmi les drames qui s'apprêtent à bouleverser son existence ?


Mon avis :

J'ai quitté ce livre avec un seul regret, celui de devoir attendre Mars 2016 pour le tome 2.

Keira est femme de chambre dans une grande maison, et si elle a la chance de vivre loin des cabanes de fortune où l'on dort à même le sol avec les cochons pour se tenir chaud, elle n'en reste pas moins une domestique sans perspectives d'avenir ou de liberté. Elevée par une mère désabusée et peu maternante, dans une Irlande famélique et divisée par l'occupation britannique, Keira n'attend pas grande chose de la vie, jusqu'à ce qu'elle fasse la connaissance d'Arthur, riche héritier qui lui promet de l'emmener en Amérique avec lui.
Et si l'exil était, pour les amoureux, le seul chemin vers la liberté?

Sur fond de folklore irlandais, où banshee, fantômes et chants gaëliques s'entremêlent, nous découvrons des personnages attachants et passionnants. Keira notamment, une jeune femme talentueuse, pleine de vie, qui fait face à l'adversité avec une grande force de caractère et beaucoup de compassion, mais aussi sa mère Morna, personnage torturé et peu avenant, prête néanmoins à tout risquer, pour nourrir une famille de cottiers (paysans irlandais) pauvre et très malade .

Le titre du livre m'a attiré comme un aimant. Il fait référence à un bijou traditionnel irlandais : un coeur (symbole d'amour), soutenu par deux mains (symbole d'amitié) et surmonté d'une couronne (symbole de loyauté). C'est ce bijou ancestral, aux pouvoirs étranges, que Keira porte autour du coup en permanence. Héritage de sa grand-mère, décédée le jour de sa naissance, l'anneau a une aura mystérieuse et semble lui transmettre force et courage à chaque nouveau coup du destin.

Par bien des côtés, ce roman m'a rappelé Les Quatre Filles du Dr March, ce qui n'était pas pour me déplaire. Keira aurait tout aussi bien pu s'appeler Meg, si vous voulez mon avis.
Certes, la romance est un peu frileuse, et manque un peu de profondeur, mais replacé dans son contexte historique et son rayon jeunesse, ça ne m'a pas dérangé le moins du monde.
Si je n'ai pas compris de suite, l'alternance de point de vue entre Keira et la famille Duggan, j'y ai vu par la suite, un brillant parallèle pour dresser le contexte historique et économique de l'Irlande de 1846. C'était très ingénieux, d'autant qu'on s'attache beaucoup à ces personnages secondaires aux destins tragiques.
La plume de Béatrice Nicodème, que je découvrais avec ce roman, est étonnamment fluide et efficace. Elle a su me faire voyager à travers les siècles et l'Histoire, dans des décors sublimes, que l'on s'imagine sans peine.

En bref : Un roman jeunesse qui allie Histoire, romance et aventure : j'adhère!
Et j'attends la suite, bien sûr!

L'anneau de Claddagh _ Béatrice Nicodème

- Claddagh est un petit village de pêcheurs tout près de Galway, c'est là qu'est née la légende. À une époque très ancienne, un jeune homme qui était follement amoureux de sa fiancée fut enlevé par des pirates à la veille des noces, et vendu à un orfèvre maure. Il apprit le métier et y devint très habile. Bien qu'il fût plutôt bien traité par son maître et entouré de jeunes filles magnifiques, il ne parvenait pas à oublier celle qu'il aimait. Le jour où il fût certain de maîtriser parfaitement son art, il décida de ciseler un bijou pour symboliser les sentiments qui l'animaient : amour, amitié et loyauté. Le cœur, les mains et la couronne... On ne sait s'il parvint à s'évader ou si son maître, touché par l'intensité de l'amour qui rayonnait de tout son être, l'affranchit pour le laisser retourner dans son pays. Toujours est-il qu'il revint à Claddagh après des années et des années d'absence. il épousa sa fiancée qui n'avait cessé de l'attendre.

Commenter cet article

À propos