Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 Nov

Le passeur du temps _ Mitch Albom

Publié par Vanessa De Jesus Ribeiro  - Catégories :  #Littérature américaine, #Roman, #Contemporain, #Mystère

Le passeur du temps _ Mitch Albom
Le passeur du temps _ Mitch Albom

Extrait :

Un homme est assis, seul dans une caverne.

Il a les cheveux longs, une barbe qui descend jusqu'aux genoux. Il a le menton posé au creux des mains.
Il ferme les yeux.
Il écoute. Des voix. Des voix sans fin. Elles montent d'un bassin dans le fond de la caverne.
Ce sont les voix des gens sur Terre.
Elles ne veulent qu'une chose.
Le Temps.

Sarah Lemon est l'une de ces voix.

C'est une adolescente d'aujourd'hui ; allongée sur son lit, elle contemple une photo sur son téléphone. Un beau garçon aux cheveux couleur café.
Ce soir, elle le verra. Ce soir à huit heures et demie. Elle se répète, palpitante : «Huit heures et demie, huit heures et demie !» - et elle se demande ce qu'elle portera. Le jean noir ? Le haut sans manches ? Non. Elle déteste ses bras. Pas le haut sans manches.
«Il me faut plus de temps», dit-elle.

Victor Delamonte est l'une de ces voix.

C'est un homme riche qui a passé quatre-vingts ans. Il est assis dans un cabinet médical, sa femme à ses côtés. Des papiers blancs recouvrent une table d'examen.
Le docteur parle à voix basse : «Nous ne pouvons plus faire grand-chose», dit-il. Des mois de traitement qui n'ont pas marché. Les tumeurs. Les reins.
La femme de Victor veut dire quelque chose, mais les mots s'étranglent dans sa gorge. Comme s'ils partageaient le même larynx, Victor s'éclaircit la voix.
«Ce que Grâce veut savoir, c'est... combien de temps il me reste.»

Leurs mots dérivent jusqu'à la caverne lointaine - jusqu'à l'homme barbu que l'on appelle Père Temps.

On pourrait croire que c'est un mythe, un dessin sur une carte de Nouvel An - immensément vieux, hagard, un sablier à la main, plus âgé que tous les habitants de la planète.
Mais Père Temps est réel. Et, à la vérité, il ne peut pas vieillir. Sous sa barbe broussailleuse et ses cheveux en cascade - signes de vie, non de mort - son corps est mince, sa peau lisse, immunisée contre la force dont il est le maître.
Jadis, avant de courroucer Dieu, il n'était qu'un homme parmi les autres, destiné à mourir une fois ses jours écoulés.
Désormais, son destin est différent : exilé dans cette caverne, il doit écouter toutes les suppliques du monde - encore quelques minutes, quelques heures, quelques années, encore du temps.
Il est ici depuis une éternité. Il a abandonné tout espoir. Mais quelque part, en silence, une horloge tourne pour chacun d'entre nous. Et même pour lui.
Bientôt, Père Temps sera libre.
De retourner sur Terre.
Et d'achever ce qu'il a commencé.
 

Mon avis :

J'ai découvert Mitch Albom grâce aux Cinq personnes que j'ai rencontrées là-haut, qui avait été un fabuleux coup de coeur, il y'a maintenant plusieurs années.
D'ordinaire quand j'ai affaire à un gros coup de kiff, je m'arrête là dans ma découverte d'un auteur. Pourquoi? Pour ne pas être déçue.
Aussi, depuis J'aurais préféré vivre, j'ai été incapable de lire un autre livre de Thierry Cohen, de même que je n'ai plus jamais ouvert un roman d'Alexandre Jardin depuis Autobiographie d'un amour. Mais parfois, je fais des exceptions. Parce que le titre est cool, parce que le pitch m'intrigue ou parce que la couv' me plaît, comme ce fut le cas ici.
Ces exceptions, j'aimerais vous dire qu'elles me réussissent. Mais non. C'est même tellement rare, qu'il me semble que je ne m'en suis félicitée que pour Anna Gavalda.
Bref vous l'aurez compris, je ne suis pas convaincue par cette lecture.

"Cette histoire parle du temps et de ce qu’il signifie." Et elle en parle très bien. Ce joli conte du Temps moderne, est parfaitement structuré, vraiment très bien écrit, et m'aurait sans doute toute chamboulée si...
Si les personnages principaux, exception faite de Dor, n'avaient pas été si niais et dénués d'intérêts... Si leurs problématiques avaient été plus profondes... Et si je n'avais pas préalablement placé l'auteur sur un piédestal.

Voilà, c'est tout ce que j'en pense. J'ai passé un bon moment, jusqu'à ce que je me rappelle ce que Mitch Albom avait fait de moi entre les pages des Cinq personnes que j'ai rencontrées là-haut. Et ce n'était tellement pas comparable, que je n'ai pas pu me satisfaire du Passeur du Temps.

Le passeur du temps _ Mitch Albom

Nous désirons tous ce que nous avons perdu. Mais parfois, nous oublions ce que nous avons.

Pourquoi le soleil brille-t-il encore?
Pourquoi les vagues se brisent-elles sur le rivage?
Ne savent-ils pas – que c’est la fin du monde
Puisque tu ne m’aimes plus à chaque seconde?

« La Fin est proche. Qu’allez-vous faire du temps qu’il vous reste ? »
Eh bien, on n’était que mercredi. Elle allait perdre un demi-kilo, voire plus.

Pourquoi avoir mesuré les jours et les nuits?
Pour savoir.
Assis bien au-dessus de la ville, Père Temps s’aperçut que savoir ne signifiait pas comprendre.

Nous ne percevons pas le bruit que fait le monde – sauf, bien sûr, quand il s’arrête. Alors, quand il repart, il résonne comme un orchestre.

Commenter cet article

À propos