Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
02 Nov

Nous les menteurs _ E. Lockhart

Publié par Vanessa De Jesus Ribeiro  - Catégories :  #Littérature Jeunesse, #Littérature américaine, #Adolescence, #Famille, #Amitié, #Amnésie, #Drame, #Mystère, #Coup de coeur, #Page-turner

Nous les menteurs _ E. Lockhart
Nous les menteurs _ E. Lockhart

Résumé :

Une famille belle et distinguée. L'été. Une île privée. Le grand amour. Une ado brisée. Quatre adolescents à l'amitié indéfectible, les Menteurs.

Un accident. Un secret. La vérité.

 

Mon avis :

Je viens à peine de refermer ce livre que j'ai déjà envie de m'y replonger.
Quelle déferlante d'émotions et de surprises que ce roman. Et ce dénouement! Un vrai coup de maître.

J'ai tellement aimé ce livre, que je ne sais pas très bien comment vous en parler, en fait.
C'est une histoire d'amours. Non. Une histoire de famille. Une famille qui s'aime et se déchirent dans les hautes sphères de la bonne société. Une famille qui a ses secrets et ses jalousies, son vernis protecteur qu'on voudrait gratter jusqu'à l'os.
C'est l'histoire de Cady, Cadence Sinclair Eastman, qui a eu un grave accident pendant l'été 15 (l'été de ses 15 ans) et qui a tout oublié. A l'été 17, elle revient sur son île, retrouve ses cousins, son Gat, sa famille, et sa mémoire, par petits bouts d'abord... Jusqu'à ce que la vérité arrive comme un tsunami.

C'est un roman époustouflant, auquel je ne m'attendais pas. Pour tout vous dire, j'imaginais une ambiance à la gossip girl, avec ces gosses de riches pleins de secrets. Comme j'étais loin du compte.
Certes, les protagonistes vivent dans de grandes maisons, mangent avec des couverts en argent Tiffany's et profitent chaque été de l'île de Beechwood, patrimoine familial, mais pas de paillettes, pas de glamour, pas de sacs à main griffés et autres futilités vestimentaires. Les Sinclair sont une famille sobre et intelligente. Des gens simples. Trois princesses qui se déchirent pour une succession, pour l'amour d'un patriarche sénile et manipulateur. Et une bande d'ado attachante, toujours en quête d'amour et de liberté. Une famille qui saura vous donner envie de vivre un été plein de doutes et de tourments, à leurs côtés.


J'ai particulièrement aimé le personnage de Cady, narrateur du roman, et celui de Harris, le grand-père. J'ai adoré les contes pour enfants qui rythment le récit, ainsi que les maximes qui accompagnent les dialogues. En réalité, je ne trouve aucun défaut à ce page-turner intense et bouleversant. 
Nous les menteurs est un bijou de la littérature Jeunesse, une pépite inoubliable et originale aux rebondissements brillamment orchestrés.  A lire absolument. 

Nous les menteurs _ E. Lockhart

Souffrir.
On serait tenté d’y voir un synonyme d’endurer, mais ce n’est pas vraiment exact.

Il était le chef de la famille. Maman ne voulait surtout pas qu’il soit déstabilisé. Elle tenait à ce qu’il se sente entouré de ses enfants et de ses petits-enfants, toujours aussi vaillants et joyeux. C’était important, affirmait-elle ; c’était une preuve de générosité envers lui ; c’était la chose à faire. Pas de vagues, m’a-t-elle recommandé. Ne rappelle pas aux gens ce qu’ils ont perdu.

– Tu comprends, Cady ? Le silence est un vernis protecteur contre la douleur.

Penny à Cadence.

– Grandis un peu, Cadence. Vois le monde tel qu’il est, et non tel que tu voudrais qu’il soit.

Je l’ai bien regardée. Ma mère, cette femme séduisante et élancée, avec sa belle chevelure, le pli dur et amer de sa bouche. Jamais ses veines ne s’étaient ouvertes. Jamais son cœur n’avait bondi hors de sa poitrine pour frétiller, impuissant, sur la pelouse. Jamais elle ne se répandait en flaques. Elle était normale. En toutes circonstances. À tout prix.

Commenter cet article

À propos