Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 Aug

La Passe-Miroir _ Christelle Dabos

Publié par Vanessa De Jesus Ribeiro  - Catégories :  #Littérature française, #Littérature Jeunesse, #Enquête, #Magie, #Page-turner, #Coup de coeur, #Saga, #Secrets

La Passe-Miroir _ Christelle Dabos

La Passe-Miroir, Tome 1 _ Les fiancés de l'Hiver

Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’arche d’Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel.

La Passe-Miroir _ Christelle Dabos

La Passe-Miroir, Tome 2 _ Les disparus du Clairdelune

Fraîchement promue vice-conteuse, Ophélie découvre à ses dépens les haines et les complots qui couvent sous les plafonds dorés de la Citacielle. Dans cette situation toujours plus périlleuse, peut-elle seulement compter sur Thorn, son énigmatique fiancé ? Et que signifient les mystérieuses disparitions de personnalités influentes à la cour ? Ophélie se retrouve impliquée malgré elle dans une enquête qui l'entraînera au-delà des illusions du Pôle, au cœur d'une redoutable vérité.

Mon avis :

Six mois d'absence... Six mois de journées sans lectures, sans univers à intégrer, sans émotions à absorber, sans aventures à partager. Inutile de vous dire que pour briser mon silence et me faire revenir sur ce blog, il me fallait un roman exceptionnel.

Ces livres et moi, on s'était croisés un sacré paquet de fois en librairie, à la bibliothèque, sur les blogs. Et même si je trouvais leurs couvertures particulièrement belles et engageantes, je n'avais pas osé franchir le pas.
Heureusement ma collègue me les a déposés un matin sur mon bureau sans trop me laisser la possibilité de me défiler. Et merci à elle!!!! 
Pfiouu, je peux vous dire qu'après six mois de panne litéraire, l'univers de Christelle Dabos m'a fait un bien fou! C'était exactement ce qu'il me fallait pour me redonner l'envie de dévorer des livres.

 

La saga de la Passe-Miroir vous fait pénétrer un univers riche, passionnant et très abouti, où les intrigues de cour et les guerres de pouvoirs font rage au coeur d'un monde déchiré par un Dieu dont on ignore tout.
Véritable page-turner, ce roman m'a bluffé par sa qualité et la justesse de ses personnages. Ophélie, que je trouvais passablement fade et mollasonne au début du roman, est en fait une personnalité complexe et passionnante, que l'on voit évoluer et prendre en maturité à travers les deux premiers tomes de la saga. Quant au personnage de Thorn, je l'ai littéralement adoré. Son côté antipathique et sévère m'a immédiatement fait penser au personnage de Marc Darcy dans Bridget Jones. C'est tout de même assez rare de doter l'un de ses personnages principaux d'un caractère aussi rigide, mais pour ma part il m'a totalement conquise.
La complexité des arbres généalogique, les différents pouvoirs des clans, les mystères des Livres des esprits de famille, plus je lisais et plus j'avais envie de tout connaître.

 

J'ai adoré l'écriture très poétique et travaillée de Christelle Dabos, elle m'a littéralement transportée dans son univers. Avec elle, on joue un peu dans la même cour que J.K Rowling, à savoir que le dernier tome est encore meilleur que le premier. Bon bien sûr elle n'en a pas écrit 7, mais j'espère que le troisième tome, actuellement en cours d'écriture, ainsi que le quatrième ne me donneront pas tort.

 

Une petite pépite jeunesse que je vous conseille si vous avez besoin d'évasion.

 

La Passe-Miroir _ Christelle Dabos

Résignée ? Pour être résignée, il faut accepter une situation, et pour accepter une situation, il faut comprendre le pourquoi du comment. Ophélie, elle, ne comprenait rien à rien. Quelques heures auparavant, elle ne se savait pas encore fiancée. Elle avait l’impression d’aller au-devant d’un précipice, de ne plus s’appartenir du tout. Quand elle risquait une pensée vers l’avenir, c’était l’inconnu à perte de vue. Abasourdie, incrédule, prise de vertiges, ça oui, elle l’était, comme un patient à qui l’on vient de diagnostiquer une maladie incurable. Mais elle n’était pas résignée.

On peut aimer d'un seul regard. D'ailleurs, on ne s'aime jamais si bien que quand on se connaît fort mal.

Commenter cet article

À propos