Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
09 Apr

L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire IKEA _ Romain Puertolas.

Publié par Van Djr  - Catégories :  #Littérature française, #Humour, #Aventure, #Absurde, #Voyage, #Inde, #Magie, #Contemporain, #Coup de coeur

L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire IKEA _ Romain Puertolas.
L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire IKEA _ Romain Puertolas.

Quatrième de couverture :

Une aventure rocambolesque et hilarante aux quatre coins de l'Europe et dans la lybie postkadhafiste.
Une histoire d'amour plus pétillante que le coca-cola, mais aussi le reflet d'une terrible réalité : le combat que mènent chaque jour les clandestins, ultimes aventuriers de notre siècle.

 

Notice de l'auteur :

Comment assembler votre nouvelle vie :

1. Escroquez vos amis et vos connaissances afin de pouvoir vous envoler à 6500 kilomètres de chez vous, jusqu'au magasin IKEA le plus proche, pour acheter un lit à clous. Troquez votre pagne contre un costume élégant de façon à vous fondre facilement dans la masse.

2. Restez coincé dans une armoire, puis laissez-vous enfermer dans une malle et faites-vous expédier. Faites attention à ne rien emporter de plus qu'un faux billet de 100 euros, imprimé d'un seul côté.

3. Voyagez gratuitement à travers le monde, en camion, en bateau, en avion, en montgolfière. Rencontrez de nouveaux amis, faites face à de nombreux dangers et saisissez toutes les opportunités que vous trouverez sur votre chemin.

4. Evitez à tout prix les conducteurs de taxis parisiens furieux.

 

Mon avis :

Un road-trip déjanté et complètement absurde à travers l'Europe qui vous fait rire, sourire et passer un excellent moment de lecture, le voilà mon avis!
J'ai totalement adhéré à la loufoquerie aigüe et à l'imagination débordante de Romain Puertolas.
Pour rester dans le suédois, j'ai retrouvé un peu les mêmes sensations qu'avec Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire de Jonas Jonasson. C'est absurde, totalement improbable, joyeusement délirant, et totalement addictif.
Les aventures d'Ajatashatru, plus communément appelé jattachetacharrue, ou acheteunchatroux, qui au cours d'une mission en France d'une journée, consistant à acheter un lit à clous KISIFROTSIPIK chez IKEA, pour soulager ses rhumatismes de fakir, va totalement perdre le contrôle de sa personne et être trimbalé à travers l'Europe, nous livrant au passage une description peu flatteuse des gouvernements étrangers et de leur politique de traitement de l'immigration clandestine.
Poursuivi par un gitan chauffeur de taxi parisien, un brin rancunier, il va découvrir la vie, l'amour, l'amitié, la bonté et le don de soi.
Une généreuse dose de naïveté en seringue, une sublime fresque sociale, bref une très belle épopée, pétillante, dont les pages se tournent à toute vitesse, pour mieux s'y perdre.  
Un gros coup de coeur, à lire où vous voulez, quand vous voulez, debout dans une armoire, plié dans une malle Vuitton, ou tout simplement allongé sur un transat en profitant du beau temps.

L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire IKEA _ Romain Puertolas.

Finalement IKEA c'était un peu surfait. Il n’y avait ni snipers perchés sur les armoires, ni caméras, ni rien. Les Soviétiques étaient bien plus consciencieux en termes de sécurité.

p.57

Si, dans les tréfonds de cette malle obscure, perdu entre une petite culotte et un morceau d'ensaïmada, Ajatashatru avait invoqué un bon génie, celui-ci aurait dit de sa grosse voix de Barry White : "Fakir, j'ai une bonne et une mauvaise nouvelle à t'annoncer. La bonne, c'est que l'on vient de te mettre dans l'unique soute ventilée, chauffée et pressurisée de cet avion, ceci t'évitera d'arriver à destination sous la forme d'une glace à l'italienne. La mauvaise c'est que tu ne visiteras jamais Barcelone, car on vient de te charger dans la soute d'un avion qui va décoller dans quelques instants pour une destination inconnue. C'est reparti pour un tour!"

p.145

Commenter cet article

À propos